Des jours crevants … par Simon

18 août 2019, J+44

Nous repartons sous la pluie. 2 km plus loin, nous nous arrêtons prendre un « chocolate con churros » dans un bar. Ça réchauffe et c’est délicieux ! Nous repartons, il pleut toujours…

PAN ! Je regarde à côté de moi, la roue arrière de papa est plate. Nous nous arrêtons pour remplacer la chambre à air. Au moment de regonfler, je vois que la chambre à air sort de nouveau par un trou du pneu ! Pas le temps de dégonfler que… RE PAN !!! Je mets quelques secondes avant de m’en remettre. Je dis : « première crevaison après 1836 km, ça va !  »

Nous nous abritons sous un porche. Maman va en vélo chercher un pneu dans un magasin que nous avons dépassé ce matin, à 5 km. Pendant ce temps, j’écris. Elle revient nous dire que le magasin est fermé car nous sommes dimanche. Mais le vendeur va arriver à 14h30. Nous mangeons puis maman repart à vélo. Elle revient avec un pneu, mais de mauvaise dimension ! Pour aller le changer, cette fois elle fait du stop. Quelques minutes plus tard, une dame se gare sur le parking, demande la roue de papa et repart avec. Au moins, maman ne se trompera pas. La dame la ramène avec le bon pneu. Pendant que papa remonte la roue, pour la première fois depuis le début du voyage, je n’ai plus de retard dans mon carnet de voyage !

Soirée réparation

Nous roulons tranquillement jusqu’à une albergue où nous plantons la tente. Le soir, maman met une rustine sur le matelas d’Amandine qui a un trou aussi. Papa change mes freins car en fin de journée ils faisaient un bruit bizarre : en effet, je n’avais plus de gomme, ça frottait fer contre fer ! Les filles s’amusent avec le pneu crevé et un bâton. Au final de cette journée dégonflée, nous avons tout de même fait 35 km en 2h30 et maman en a fait 20 km de plus !!

19 août 2019, J+45

Ce matin, nous remballons tout, puis allons prendre un chocolat chaud et du pain grillé avec des tomates et de l’huile au restaurant de l’albergue. C’est super bon ! L’objectif est de faire un col à 57 km et de s’arrêter un peu après. Mais nous partons un peu tard à cause du super p’tit dej !

Nous passons sur le même pont que l’autoroute ; c’est assez dur de passer car il n’a que 50 cm de large. On s’arrête m’acheter un cuissard, car j’ai mal aux fesses. Je me rends compte que j’ai aussi mal à dos. Papa me règle ma selle plus en avant et j’arrrive à raccrocher le groupe que j’avais du mal à suivre. Après midi, nous commençons à monter vers le col. C’est progressif mais long… Arrivé en haut, je m’attendais à redescendre. Mais ce sont des petites bosses qui nous font face. Nous nous arrêtons près d’une église car il n’y a que là qu’on est autorisé à camper en Espagne, en dehors des campings.

Heureusement, les cloches n’ont pas sonnées toute la nuit !!!

20 août 2019, J+46

Aujourd’hui, nous voudrions atteindre un monastère à environ 70 bornes pour être demain soir à Compostelle. Même si j’arrive à bien suivre, la route est lassante : tout le temps des bosses et une ligne droite qui semble infinie. Il faut prendre son élan pour remonter. A un moment, mon compteur monte à 47,5 km/h !

A midi, nous mangeons une salade de tomates, concombres, carottes dans un Wrap

Nous repartons, toujours sur la même route… Nous devons prendre une grosse nationale avec plein de camions. C’est désagréable !!!

On est contents quand on la quitte. Au monastère, :-), on a fait 74,3 km en 4h40, donc 16 km/h de moyenne ! On dort dans un petit dortoir.

22 aout 2019, J+47

Ce matin, nous interviewons Manu, un pèlerin qui a fait le chemin de St Jacques et qui travaille un peu au monastère pour l’accueil des pèlerins, un couple d’Anglais à vélo et un couple de Russes à pied. On suit le Camino, même si on doit prendre des chemins parfois pleins de cailloux. Oh non, nous devons reprendre la route nationale d’hier ! Nous nous arrêtons à côté d’un parc de jeux, c’est pas super, mais on s’amuse bien.

Comme il ne reste que 15 km, on a l’impression d’être arrivés. Mais ce qui reste est le plus dur : des côtes à 15 %, par à-coups. A la Cathédrale, je suis tellement fatigué que je ne réalise pas trop. C’est impressionnant, le fronton de la cathédrale, toutes les statues ! La remontée jusqu’au camping, c’est le pire ! Je dis à papa : « Je suis crevé, mais pas le pneu… Alors ça va… »

Résultat de recherche d'images pour "emoticone"

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Antoine CARRET dit :

    Bravo Simon pour ton journal de bord. C’est très intéressant. Je vois aussi que tes parents t’ont habitué à la « positive attitude » et c’est un formidable atout pour toi.
    Vous êtes trop beaux tous les 5 devant la cathédrale.
    Encore une fois, vous réjouissez ma journée.
    Antoine.

    J'aime

    1. Feutry dit :

      Hello Simon, tu racontes drôlement bien, et tu m’as fait rigoler avec ton humour
      Tu veux que je te dises ? On fait chaque année une semaine en vélo avec nos sacoches, les premières années c’était dans le lot, il y avait des sacrées côtes et même des « p’tits coups de cul » ( très raide, mais plus courts), alors quand je vois ce que vous faites, je me dis que je n’aurais pas pu en faire autant. Tu peux être très fier de toi, vous pouvez être très fiers de vous !
      Et vive les petits déjeuners à l’auberge
      Avec Armand, nous vous embrassons depuis la montagne du Cernix

      J'aime

  2. Mireille Montagne dit :

    bonjour a toute la  » vaillante  » famille ! c est vraiment tres sympa de suivre vos aventures , avec leurs decouvertes , les rencontres,et meme les crevaisons !!!! ce qui me rassure aussi , c est que vous vous accordez aussi de bons moments petits dejeuners ou diners ..Bonne poursuite ! et bonne recuperation !

    J'aime

  3. Joseph Mougel dit :

    Merci Simon pour ton récit ! Comme je vous l’ai dit, j’ai été moi aussi sur cette place mais c’était il y a longtemps (47 ans…)… Je suis arrivé à pied et j’ai mis beaucoup plus de temps que vous… À pied, c’est 5 Km/heure, 6 peut-être si c’est plat et si on est jeune… Arrivé au but, j’ai ressenti pour la première fois de ma vie un soulagement, une détente de l’esprit tout à fait extraordinaire que je n’ai jamais oublié. Je suis sûr – en tout cas, je l’espère ! – que vous ressentirez quelque chose de cet ordre lorsque vous serez arrivés à Bignona. Belle continuation à vous cinq et félicitations. Joseph

    J'aime

  4. François et Christine dit :

    Bravo pour ton superbe récit qui nous permet de suivre et d’apprécier vos aventures. Je reviens de 4 jours de VTT dans les Vosges mais ça semble bien pâle par rapport à vos exploits. Bon courage pour la suite, continuez à bien vous éclater (vous, pas les pneus) et on vous embrasse

    J'aime

  5. Abdou Mané dit :

    Belle plume, Simon
    Bravo à toute la team !!!

    J'aime

  6. Ernou dit :

    De retour en Lorraine on suit votre route et on vous embrasse . Les Ernou

    J'aime

    1. Paulo Silva dit :

      Bonjour, le 28/08, j ai croisé cette charmente famille à Rio Alto dans la ville de povoa de Varzim au Portugal. Ce qui a attiré mon attention ce sont les enfants avec leur petit drapeau de la France ,et l’ inscrition dans l’ un des sacs Sénégal. Aprés une petite discussion avec les parents ils me confirme leurs aventure .Je félicite l’engagement de cette famille et leur courage ,car cela ne dois pas être facile tous les jours. Bravo. Votre aventure restera a toujour dans vos mémoires et dans celle des personnes qu’ils rencontre par leur chemin . Bon voyage á tous .

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s